Poesies, 2024

Hors les murs   (2024)







Gravées

Janvier  2024



déchirons de manière lunaire ce toujours ennui de la page blanche


                                       ***


… Daphnis et Chloë de gestes et de justaucorps auriculaires

pétillants de pleine lumière


                                       ***


Caruso a la voix du bleu arbitraire de Naples


                                       ***


elle était partie vers de blancs bleus horizons

comme vers des Venise de cristal

et des allegretto de Vivaldi sur la poitrine

comme à la piazza San Giovanni in Bragora

lumineuse

c’est de même un parfum de nid d’oiseau

et de lait de son sein

tels des palais odorants de meringue rose

où de larges buccins entonneront aux lagunes

le scarabée d’or de la nuit qui descend


                                       ***


dans ma rue buissonnière un merle rend possible le temps immobile


************************************************                                 

EPIPHANIE  (ce 6 janvier)


les commencements commencent quand ?


                                       ***

c’est dans l’apologétique du noir que nous avions perdu

quelque parenté avec les cathédrales


                                       ***


je ne resterai pas la main tendue aux falaises de notre monde

mendiant entre les êtres et les ombres


                                       ***


qui échangerait le noir de tes yeux dans un simulacre de miroir ?


                                       ***


j’ai pesé le poids de mon existence assis sur un banc de ciel


                                       ***


c’est la grande braderie des étoiles

l’étiolage des chimères

en univers clos


                                       ***


la femme en noir qui disait l’amour qui se cloître


                                       ***


la morsure de la mer comme une mort imaginaire …


                                       ***


c’est aujourd’hui l’épiphanie  d’un art poétique gouvernable


                                       ***


l’amour lové sur le silence des parois


l’usure des nuages a la mesure de nos songes

chaque nuit fantôme de la lune


                                       ***


je réponds à la perpétuité de notre énigme


                                       ***


de « l’horizon chimérique » à l’ornière

droite

          profonde et foncière

plus encore vaste et plus monde

qu’un crayon de l’aube

une plaie qui sèchera

dans ce temps qui cède aux coutures


                                       ***


c’était un chant mort-né aux abysses de nuit qui polyphonisent


                                       ***


mon chien qui n’était pas le mien avait l’air de demander si la nuit était carrée ronde ou en spirales depuis ses moustaches sur le radar de sa dépendance


                                       ***


les Lili et les lys de bientôt


                                       ***


mon cœur pour revenir à ses sources a-t-il la vie unanime ?


                                       ***


Ronsard chantait les roses

les femmes élargies

les ronces châtelaines

où la mer est loin

et le grand tuffeau

trinque au vin blanc

la dimension du monde


châteaux et saisons

dans les douves du dépérir


                                       ***


soleils à kyrielles à débusquer les ombres de Leibniz


                                       ***


j’ai la haine des alexandrins

dont Verlaine connaissait la fadeur

j’aime le treize le dix ou le onze

où quelque fois la brisure du monde

engloutit les épaves du nombre


                                       ***


les yeux dans le cœur courbé

le poignard et le deuil


elle était le galbe

le navire

elle était le glaive


                                       ***


les rêves comme les chênes s’enracinent


                                       ***


je vois que j’existe à l’embrasement de tes vagues

à la sculpture d’oiseleur de la saison


                                       ***


où commence cette première conscience

en bas bleu ou rose

de la finitude ?


                              ***


plus près de l’aveu lorsque le sourcier s’émancipe

de l’opacité de la source…


                                       ***


c’était à Valparaiso c’était au cœur

des hémisphères rouges et noirs

de funiculaires portuaires

dans l’âge d’or des débarcadères


                                       ***


tu étais le fleurissement

                    la bouche de printemps

                                     et ses acolytes de fenêtre sur cour

je me réconciliais avec les fossettes du plus extrême défi

nos amours étaient comme des bouches de pistolet


                                       ***


comme à Crozon un phare de foudre et des marées

sur un cœur extrême


                                       ***


j’arrive à l’inéluctable temps qui se cabosse


                                       ***


j’ai fait fleurir la nuit native

le ressac prospectif

de l’incertitude

d’une caravagesque gorgone au point du jour

ma poésie est une passion qui se dresse


(fin de l’Epiphanie)


si je respire l’haleine des dieux c’est qu’ils habitent la chevelure de mes provinces


                                       ***


Rue des potiers de toutes les margots que j’ai aimées

jusqu’à l’Impasse des violettes

contre le mur d’un soleil meurtrier


                              ***


vestiges de ces bancs et de ces chants crépusculaires de Spinoza

Verlaine des promenoirs

des trombones bouchés qu’on entendait du fond du parc nu


le ciel était vide et les amants avaient la certitude de mourir

et de mêler pour toujours leurs vieilles cendres

bouche contre bouche


                                       ***


ces revenants de porcelaine triste je les ai vus

de cendre et de rigidité

les bras tordus dans la mort près des cyprès

comme des lances

au pied du vieux volcan d’Hérodote


                                       ***


BAB EL HAD


je suis né dans une ville blanche à la démence des bleus nourriciers

d’un jour de Juin

j’ai revu ma ville après une longue absence de plus d’un demi-siècle

dans son parfum d’oranger

à l’ocre de ses remparts et la multiplicité de ses cigognes

ses ruelles fauves et ses trottoirs éventrés

de les avoirs oubliés

né d’un Juin comme tous les Juins d’un soleil

qui hisse la lumière de la croissance

aux carreaux des maisons

né comme un destin sous le signe de Villon et Charles d’Orléans

disant « je n’en suis jangleresse en cette foi je veux vivre et mourir »

jusqu’à « quiconque meurt meurt dans la douleur »

mais né d’une vraie nudité et de la violence des vagues

du boucanement et de l’écho de la mer

épousant l’incendie des étoiles

né et revenu cinquante-sept ans après

après la disparition de ceux qui m’avaient précédé

aux terrasses

aux balcons désertés

aux blancheurs violentes à l’heure des mélopées de berceau

les plus silencieuses


viendra-t-il un temps comme celui où

ma main dans la main de ma mère

j’appris que j’étais mortel

avant même que j’ai ouï une plainte de Josquin

mais que demain d’une autre main il me sera dit

« ta fin est ton commencement »


                              ***


le vent siffle au pinacle du clocher qui accueille

aujourd’hui des chants de condamnés


                                       ***


la mer recommencée disions-nous

sous les latitudes qui dépoitraillent

le cœur du silence

aux tragédiennes d’un cœur fendu


le sable revisitant la mer

lorsque tu fermes les paupières


                              ***


les dents de solitudes des pierrailles

de ces crevasses de Montmirail


                                       ***


l’histoire de France a saisi cette projection de Gauguin

qui dit « d’où venons-nous »


                              ***


à mourir fleuve en main sans berge et sans estuaire

comme Ariane et Didon et la raucité de leur plainte

au portique mangé du sel de Naxos

et du désespoir de Carthage


je reconnais ici les rochers et les vagues

par leur prénom valparaisien


                                       ***


fenêtre sur cour le cœur en plâtre avec un parfum

de robe déchirée

une panoramique voyeuse

et ses « épaules de champagne »

dont parlait « l’union libre » de Breton

confondu avec quelque « verbe être »

et sa maladie de désespoir

ou quelque valse de la Kelly

au collier de ténèbres vertes nuit contre nuit

aux lèvres qui trempent dans le Montrachet



que reste-t-il du portuaire d’Edimbourg

et de ses gifles de mer orpheline


quand les fleurs viennent mourir sur le carreau

et les vitres de désespoir

dans le naufrage du transport en commun ?


                                       ***


ma nuit criminalisée d’insomnie

sur le bord de ta bouche

avec une fièvre de femme

dans une tubulure jaunie du temps


                                       ***


Hilary Hahn a la chaconne de Bach depuis ses quatorze ans

dans nos bleus imaginaires sans règne et sans partage


                                       ***


je l’avais aimé comme on peut le faire dans le déferlement des naufrages

et de nuits mutiques


le soleil qui dans cinq milliards d’années sera sans ressources

sans hydrogène à brûler

et sans nos lèvres bleuis

dans l’insolence de cette finitude à trèfle de feuilles fragiles


                                       ***


j’arrive au port à la fin de la nuit

j’avais déconstruit le cœur de mes hantises


la rive qui fait mal


                                       ***


comment avions-nous sans rire penser bluffer la poésie d’un si beau rivage ?

 

dans « l’intranquilité »  le cœur s’inonde


                                       ***


la nuit chaloupée

la nuit accorte


c’était à Mégara c’était à Pompéi


                                       ***


c’est dans un dialogue avec un goéland

que je repris non pas le goût de la mer

mais celui des profondeurs de Délos


prenant nos idéaux qui touchent à l’orage

la mer aussi a ses ailes de foudre blanche


                                       ***


l’éternité s’exile aux cloches légataires


                                       ***


c’est le visage qui porte la noce de nuit brûlée

sur d’autres landes

la pleine forêt fossile du cambrien

d’un aujourd’hui sur une joue

à la caresse aux doigts sculptant

une exultation suppliciable


                                       ***


l’horizon tremble de ses robes qui brûlent


j’abats les foudres sur les meules des incendies d’étoiles

comme l’enfance qui s’endort au cœur des livres d’images


                                       ***


c’est Zénon qui retient la flèche

                               la mainmise sur la passacaille du silence


                                       ***


son visage avait les pluies de l’aurore des passions sur les joues


                                       ***


… parce que j’existe d’un souffle qui demeure


                                       ***


comme au découvert de cette lumière épiphanique

au lointain de ces îles Borromées depuis Streza

les cœurs dans la paille

la nudité de nuit

des rues qui attendaient la pluie


                                       ***


soleil enfer sans paupière


                                       ***


c’était sur les éclats du vitrail

une vièle à roue décousue

une lumière blafarde de la passion


                                       ***


la mer perverse vers les midis accablants

les sables pétris

la peau récalcitrante


le paysage tournait au vitrail

qui s’écaille


                                       ***


la mort dit-on sait bien dire cet éblouissement solaire

de l’effacement


j’avais les paupières closes de l’hiver

préludant au tambour apocalyptique


                                       ***


les athées sont des orphelins de Dieu


                                       ***


l’injuriée dans les hachures crépusculaires

le vent qui rabote comme un désespoir dévoyé

c’est la neige à vocation de suaire

l’ébène éclos d’une mort moirée


                                       ***


Braque a fait l’oiseau comme Balzac s’est dressé

depuis un Rodin dans l’improbable de lui-même

la monumentalité sise

à l’aurore des crans qui en imposent


                                       ***


mes dents ont mordu

la vie solaire

comme elles resteront 

mâchoires ouvertes

ma dernière fidélité


                                       ***


mes ivresses étaient anciennes d’un acier héréditaire


                                       ***


mon cœur sans bornage

ma royauté à taille nue

de mes paupières obscures

étoiles grimant

ma présence d’un temps de gouffre

la faim lépreuse de Naples reste enceinte d’un volcan éruptif


                                       ***


ROBERT SCHUMANN FANTAISIE OP 17


je ne traverserai donc que des ruines

de fureur griffée du temps et de ses pierres

j’arpenterais eu arpenteur la mesure de ma douleur

ressaqué par les galets vague contre vague

comme autant d’ultime voies percussives

je reviendrai d’un temps qui frappe

comme le mouvement 2 de la Fantaisie opus 17

dans ses accords meurtris

cette volonté de croire à une désagrégation

de toute créance sentimentale

lorsque les lèvres elles-mêmes ne suffisent plus…

chez Schumann tout se casse

comme de petites assiettes

des myriades de soleils à grosses poitrine

et des nuits retenues au point d’y mettre des gants de cuir noir

et puis aussi ce long fleuve qui s’en va bourgeoisement

dans une Allemagne de vin blanc

de rougeoiements crépusculaires

d’arpèges à mourir


sur désaccords de pas sur la neige crispée de silence

………………………………………………………….

 

PORTRAITS


I

dans son Te Deum Anton Bruckner invente depuis les polyphonistes du XVI° siècle ce retour à la stéréophonie triomphante cette âme à chair humaine à session nocturne et résurrectionnelle en pleine lumière

de ces chœurs qui montent vers où ?

plèvres pleines d’étoiles

de plein cœur et sans basse continue

grave avec un cri poinçonnant…     


II

soixantième parallèle avec le givre

et le battements des goélands

à fleur de glacier

à venir d’un songe

d’un aigu qui simule la glaciation

l’opéra de Philippe Manoury

soixantième parallèle pour qui veut vivre

au dessus du bleui d’étoiles écaillés

des tombeaux d’un froid qui donne un peu d’infini

III

la troisième sonate de Boulez dilate en elle

des constellations de faux hasards

d’irruptivité captive d’une toujours hauteur

d’intelligence belliqueuse

qu’elle en fait le tour inattendu

de sa propre incertitude

en agrégats d’archipels  et en épée qui tarde

à plonger dans le cœur

mais

en étoilent et augmentent les galaxies


                                       ***

IV

          nocturne hagard et noir au pas de valse

qui s’enquiert d’un cœur noble et sentimental

……………………………………………………


Est-ce ceux dont le soleil décline

qui séparent le rossignol

de son épée sur la ville

qui jachèrent

ce peu de gorge d’airain

sur le chemin des tumultes ?





KOMMOS

                              (lamentation d’Œdipe)

Février  2024



d’un pays sans règne à la montée des sèves

d’une nuit de noctuelle comme par éclats

benoitement l’écriture prit la lumière

la peau du printemps s’est dévêtue

d’une chrysalide de silence

le bonheur obsolescent à couleur d’interrègne

j’ai devancé en cohérence le silence qui respire

– je grave –


                                       ***


du long du quai appareillant à chaque battement de paupière

c’était – cœur tant traversé – au portique de Naxos

des fourches caudines de contre-chants

sous le sel de vieux soleils


                                       ***


je monte à la quinte la douleur de la plaie moribonde

à l’enserre des aigles de l’aurore


                                       ***


je n’emporterai pas les présages ni la mémoire

et les archipels chamarrés des vieux souvenirs

pas même les dernières angoisses noueuses

devant cet étrange océan silencieux

qui me ramènera au puits croquemitain

du jardin de l’enfance


                                       ***


mon destin avait longtemps dormi tout d’un trait

la tête posée sur le billot d’un nuage


                                       ***



comme au promenoir sur les quais la vague monotone

les cernes du linceul

le visage du temps a la rigidité du diamant

la faim aux yeux fertiles

ma saison donne-t-elle une brèche indocile

un tuilage bleu sur les échappées de la nuit ?


                                       ***


quand on pense à l’Italie c’est le linge

l’anarchie pendue au balcon

le cœur qui s’enrobe

le crucifix mangé d’ocre aux murs des chambres

la madone des miracles de Naples

qui éclaire le mural de Maradone


                                       ***


le cœur est la mécanique des dépendances


                                       ***


nous avions dessiné les glaciers

les grands verbes du nord

les entropies des grands cargos


                                       ***


ce grand dérangement des miroirs ce vis-à-vis du réfléchi

l’un contre l’autre du toi contre moi

donnant cette immobilité d’une peau morte du vide


                                       ***


ma misère ma péninsule

mon impalpable infranchi

à couleur d’île de Chiloé


                                       ***


avions nous vidé le ciel de par nos cris

sur ces surfaces d’abstraction

à réinventer des sillons qui nous espèrent ?

je raille contre moi-même ce visage du temps qui s’amenuise

la rousserole effarvatte gantée de noir

à mi cœur

à la rythmique crépusculaire

comment te saurai-je avec moi voyageuse dans ces espaces bleus

dans ces dynasties de glaciers

à l’engouffre de l’ubiquité des pôles ?


                                       ***


des monceaux de soleil tombent sur ma peau


… tout un Platon qui parle d’un souverain bien

le paradigme des constellations s’est déplacé

votif

et d’un mal armé gueux et désertique


                                       ***


je baisais noire et nocturne cet ébrèchement d’étoiles

de tétons blancs comme assiettes qui se brisent

menus sur la blancheur de ta poitrine


                                       ***


désertique

en reptation

les hypnoses rythmiques

main dans la main

les asymptotiques

nudité de Steve Reich


                                       ***


me désaffiliant des amours qui s’oublient

de ces contrebassons à gravité du plus grave

Sacre

des champs auriculaires

à la carcasse des magnitudes de Saint Maximin


                                       ***


c’était à Rabat sous les arcades sous la lèpre antique des ocres à la fin du jour


                                       ***


de l’immanence à la transcendance sous le joug de l’incertitude

je pose mes lèvres sur le vin blanc de Mergellina


                                       ***


la douleur tranche

Schumann en ut majeur vers le ciel

le Rhin quinte par quinte

les doigts qui se perdent…


                                       ***


comme Pasolini j’aurai pu dire « je suis né dans une ville pleine d’arcades en 1952… »


                                       ***


je m’ensevelis dans les bras de mes nuits blanches


                                       ***


beauté asphyxiante pourpre de mes jours

asphalte criard de son or bleu


                                       ***


mon aimée aux visages des lendemains

ma dérobée chant contre chant

ma pareille vague après vague

à visage de celle qui m’accompagne


                                       ***


j’abats les cartes les reines de carreaux

la nuit dissipée des vieilles Cythère


                                       ***


la vague le ressac à la naissance du chant


                                       ***


Luigi Nono tu serais centenaire aujourd’hui – tes traces sur la neige ton empire sur le silence et ta poésie à dimension océanique me resteront comme une ancre dans le cœur de la Giudecca dans l’échevèlement criard de ses ruelles et de ses goélands

 

                                       ***


la terre ne veut pas mourir la nuit dans ses cordages

les jours taillés sur la ligne d’incendie

avec des wagons de Wagner aux lisières

et des vieux Proust avec des voiles de Colomb

et leurs appels de cloches dans les tréfonds du bronze


                                       ***


c’est d’un sommeil vorace que m’était venu ce réveil d’un monde illusoire


                                       ***


dans la métaphysique de la mort c’est l’enfant à naître qui trace la survivance de la lumière


                                       ***


nous restons riverains des rares éclosions de la lyre dans ses arpèges de hasard


                                       ***


comme un romantisme aboli aux commissures des lèvres

à l’ocre balafré des joues du soleil couchant


                                       ***


nous avions un chant nocturne

– nous lunaires orphelins –

dans la dérision

d’un trop détestable lit de ténèbres


                                       ***


la roseraie la source introuvable la grive musicienne

comme une gorge qui s’épanche


                                       ***


je m’étais senti venir dans une mort illusoire

un scénario roitelet où j’avais ce rôle

de Sébastien criblé

contre le miroir fané d’un temps percussif


                                       ***


incarner la source

rendre le monde à sa rotondité

c’est le temps de l’abîme celui de la fascination

celui des crevasses bleues obscurcies

sans glacier et sans retour amont


                                       ***


la pluie c’est aussi le gris de tes yeux

le décombre

l’âge d’une rose


                                       ***


mes dents à la méditation de saint Jérôme

comme à Montmirail le sourire du massif

les dentelles qui s’aiguisaient contre le ciel


                              ***


comment pénétrer la sublime

                                       l’oublieuse nudité qui nous attend ?


                                       ***


le milan sur le silence abrupt de ses ailes

                                                 sur une forêt de Corot

                                                                     romaine et impérieuse


                                       ***


la nuit n’est extensible qu’avec le cri de la hache

sur laquelle- peupliers après peupliers –

venait le ventre de la terre qui porte notre nom

vent contre vent je sais des sables mutiques

à la cartographie des étoiles


                                       ***


combien de misères lorsque Dieu est mort

                    de ces architectures qui ont grimpé vers le ciel ?


                                       ***


… d’un amour à équidistance du chemin qui nous avait pris sous son aile et un soleil mis sous scellés 

 

… le ciel est mis aux couleurs du bleu qui avance dans des fécondités sans armure …

 

                                       ***

je prends encore la brise à sa gerçure


comme après les dunes les bars qui cognent aux étoiles

et les rues droites

les débarcadères du vieux Valparaiso


                                       ***


des greniers du temps et des gramophones de la mémoire

resurgissent en robes blanches des résonnances errantes


                                       ***


ma main sur la mort inutile faite de tous les chiffres

et de toutes les clameurs

les fantômes d’oiseaux sur les ruines

le cœur en sa demie rose émiettée


                                       ***


la nuit avance gantée d’une foudre de diamant


                                       ***


de la gorge à la naissance des reins

de ses yeux à talons hauts

aux pleins jeux de grandes orgues

je ne garde que le fleurissement


                                       ***


l’espérance à épaisseur de passion


                                       ***


menottes et quenottes

menottées aux poignets

maintenant

d’un haut château aux corbeaux


                                       ***


la vie masquée n’égare que son solstice crépusculaire


                                       ***


la nuit n’est flexible qu’au feu mûri de l’éreintement


                                       ***


sa voix avait la couleur avancée des roseaux en fièvre

avoisinant les rituels d’un théâtre lunaire

d’un kabuki à poissons d’or


                                       ***


la femme a le don de la nuit victimaire

la supplication du ventre à la meilleure rosée


                                       ***


gorgé de foudre et d’orage

visage éphémère

à l’avenir volubilis

azuré de pierres…


ce Daphnis et Chloé de nuit qui s’avance au buvard de lumière


                                       ***


Nuit noire

ce « d’où parles-tu camarade » m’interpelle-t-il ?


volcanique

la terre tremble de rejaillissantes violettes

 

le soleil est polyphonique

« malheur me bat » dans la grange à Josquin …


Alexandrin

les travailleurs du rail mon dieu les miséreux


                                       ***


l’ivresse orgueilleuse cherche le cristal du ciel

dans des clameurs mutiques

notre sable de dormition de celui qui se lit dans les naufrages

sera-t-il au ressac d’un engouffre loin des sources ?


                                       ***


dans la nudité de chacun des doigts qui dansent

venait une polyphonie de mime de l’horizon

au raz d’une lumière languissante


                                       ***


la mort accumule


                                       ***


nuit de veines à nu vénitiennes

qui respire et constelle

de son pouvoir de croissance


                                       ***


la barbarie crissant aux aurores mécaniques

toutes celles qui soufflent sur les vieux enracinements

au plomb de notre silence

il est dit «  vous n’aurez que la force de la chair »


                                       ***


la mer aura toujours un silence supérieur


                                       ***


je m’inclus dans la ténèbre de maisons grises des Utrillo

qui nous aiment

sur les murs blancs aux maisons aux volets fermés

et les pudeurs émerveillant

des angles toujours plein d’hiver

de roses et de lapin à Gilles

aux métamorphoses battantes du virage Lepic


                                       ***


je m’émerveille sur des riens de tombeau


                                       ***


bouche contre bouche l’haleine des non-dits

s’était écaillée sur des graffitis de ciel


                                       ***


je mesurais ces baisers de l’ombre que nous n’avons jamais eus



j’ai aussi les lierres et les bras de la nuit qui s’ajustent

à ces turbulences d’où viennent les clartés


                                       ***


je grimpais vers les escarpements

les craies de l’azur

l’usure des étoiles

les noces à piano et percussion

à cet endroit strict

où le tissage du temps

se rendrait digne de la figure de Dieu


                                       ***


c’était le premier baiser celui des imperfections

des tyrannies d’écolier

de volières derrière les fenêtres

ce temps qui s’ennuie des écailles sans amour

des premières chevelures entre les mains


                                       ***


la féérie de la Fantaisie en ut de Schumann est-elle bleue

d’une nudité du fond du fleurir

de ce long des labours

aux quintes et aux rires des rives du Rhin ?


                                       ***


de la longue jambe du Chili depuis Acatama

aux morcellements des glaces

je me souviens des bars valparaisiens

et de ce quasi silence des sillons que faisaient

mes vers maladroits

d’une maison bleue pleine du bleu

des cabanes d’abécédaires


                                       ***


mon papier de nuit blanche

à l’encre définie

morsure par endeuillement

de volières sémantiques


                                       ***


la rose et le cœur décrépis

                                 la couleur le monde

l’orange bleue de ces lèvres du refleurir …


                                       ***


la mélopée des mémoires c’est aujourd’hui

Février

avec des bouquets plein le cœur


                                       ***


c’était dans les grands vestiges des sables et des marées

à l’heure primitive

d’un temps où la mer m’avait promis

un monde durable


                                       ***


j’aurais dessiné ma bouche en fleur de givre

de celles qui montrent le marbre resplendissant


                                       ***


les lianes et les bras qui ensorcellent rendent moins caducs

l’univers de fauve

et les bas noirs de perversités

au couchant qui se donne un visage de tombeau


                                       ***


était-ce d’une nuit mathématique

un modèle d’Orion dans la poitrine

une venue ergotant de l’enfance

qui sentait l’encre mauve ?


                                       ***


j’avais sur le bord des lèvres

l’alphabet d’une intimité de cristal


                                       ***


« la main heureuse » mais aussi « Erwartung » disait Schönberg dans ce couvent de lumière

où vivre seul …


                                       ***


la mer ne pouvait jaillir de source puisqu’elle est le trop plein

qui rivalise déjà avec la main qui se tend

et les cris de famine des goélands


                                       ***


personne ne m’a donné l’inutilité du respir

qui viendra barbeler ma dernière ombre


                                       ***

CARNAC

nuit transfigurée disions nous

d’un périmètre sous les étoiles

corps et âme dressés depuis de longs sommeils

la fécondité glacée des mégalithes sous barbelés


****************                                    


parlait-elle- d’un sommeil d’exil, Andrée Chedid,

d’un poème drapé de linceul ?


                                       ***


je garde la soie du paysage

ces nostalgie d’hirondelles

qui crient aux fenêtres

sur les crépuscules de Rabat


                                       ***


parfois j’ai plus aimé l’Utrillo des ruelles nues

et des murs

comme des robes maculées

l’Utrillo dans sa soif

ses blancs et ses crépis de neige

ses églises de pauvres

que les découpes sèches

en vaguelettes

des fièvres de van Gogh


                                       ***


nos ossements n’auront plus même

les yeux dans les yeux

ce qui nous a toujours tenu de vraisemblance


                                       ***


le cri de ces murs silencieux


                                       ***


coquelicots d’extrême crépuscule


                                       ***


c’est en juin ma naissance l’arbre épelé qui gravite


                                       ***


le soleil comme orange rouge                                 

                                       enlacé d’un Pavarotti dans le San Carlo


                                       ***


nous connaissons la fille aux bras nus de roseaux

d’un double assiégé au sang de rose


                                       ***


Cap Horn plus au sud encore

les visages à la serpe

le Chili renaissant

tout près de mes collines

aux maisons bleues


                                       ***


en Italie les ruines ont la couleur de l’ocre

et les balcons se jettent sur la mer

des Pouilles et de Campanie

de Naples et de ses écorchures

les avrils et les octobre s’abîment

dans les vitraux en rosaces

le jour contre la nuit


                                       ***


mortels d’Atacama et féconds pays des glaces


                                       ***


l’amour est à la mer comme la mort crisse

sur les asphaltes bleues

des couloirs ruisselant de métro


                                       ***


apollinienne la courbe et la cuirasse du devenir du bois de rose


                                       ***


l’amour jugulé tendre et rose

à la forge

à l’opprimant

au sud dans la pelure des songes

règne après règne

dans les cœurs sans raison


                                       ***


gardien des dernières ivresses opulentes jusqu’au dernier sou

jusqu’au naufrage rue après rue et pollinisation de la soif


l’amour est à boire


j’enfreinte les cœurs

la bure des interdits

la douteuse perle

comme crime rouge et noir


                                       ***


… il y a une rythmique de la nuit

                                                     d’ombres et de fantômes

une rythmique et même une draperie d’harmonie lourde

plus profonde que les plus grands noirs

ce n’est pas tant le noir d’ailleurs que la rythmique du sang

qui sourd aux heures d’opacité 

que même les bêtes y font trêve et silence

c’est cette rythmique à forme de chevelure d’horreur

que Xenakis

fait entendre dans ses « Nuits » de chœur et double chœur                        

c’est l’oiseau de préscience

et d’une certitude de soliste

qui prélude à la fin

des silences nocturnes


                                       ***


comme une offrande

d’une verdeur solitaire

un rechant d’oiseau lyre


                                       ***


l’enfant du tour de la lune avec la belle imploration

d’Apollinaire

« …ouvrez moi cette porte où je frappe en pleurant… »


                                       ***


nous vivions l’amnésie de tant de cruautés domestiques


                                       ***


du diaphane comme du jade

emperlé

du plus beau regard d’au revoir

sur un quai de gare


                                       ***


la nuit ne sera pas inextinguible

le terrible mouvement central du concerto en sol de Ravel


                                       ***


crâne à ciel ouvert concassant azur

qui crible le temps


désir noir des fosses qui tombent

avec les milans aux crêtes

de ce temps qui tombe


la morsure

l’aigle

et les géants

la pierre lugubre


la cent milliardième larme de tout mon cœur


                                       ***


le rouge de la fin du jour

de celle qui collapse

ce temps de blanc et de noir


ce tribunal de mort avec la faim


cet ajour de la nuit perlée du sommeil

de l’iris et du jonc


de tous ceux disparus

éperdus de lèvres  pour nous rendre quitte


                                       ***


je venais de la paille et de la meule

de la nuit sans étoile

de l’incendie

du cristal noir et du sommeil


                                       ***


la mer propose vague après vague


                                       ***


entre deux plinthes sous les toits murmurant

chanter la langue de l’hirondelle

mais où sont donc les herbes au vent d’été

de mes chemins d’enfant ?


                                       ***


dans la nuit noire on n’est guère plus possédant

que dépossédé


                                       ***


De Jean Cras les océans auriculaires ont laissé

la fossilisation des plus beaux coquillages de mer

dans le creux d’un chant de femme

dans le creux des sources de toujours

cette haleine de harpe et d’éolienne du dieu Pan


                                       ***

PIRE


c’était un homme de science qui ne se souvenait

des prières d’enfance

d’avant de s’endormir

ni les moutons moutonnant

maintenant c’était toujours

3,141592653589793238462643383…

cela allait parfois jusqu’à

3,14159265358979323846264338327950288419716939937510582 …

selon…

 

et qu’il les récitât avec la lenteur d’un gourmand pope orthodoxe

ou d’un confesseur catholique désinvolte

débitant à toute vitesse le chapelet d’ave maria de ses chiffres

il savait jusqu’au vertige que Dieu lui laissait

des marges tellement larges

que comme d’autres  s’endorment paupières closes

mesurant les espaces de leur fortune

son matelas d’espérance était encore plus généreux

 

                                       ***


pour la rocailles de tes mots jaillissaient des eaux dormantes

aux bouches des fontaines




DU PLUS LOIN DES ASTRES
                                                MOMPOU

Mars 2024



Je me suis rêvé au gravier des profondeurs


Je me suis rêvé les songes qu’on imagine

aux ailes des hirondelles


Je m’étais rêvé dans le cycle des métamorphoses

des quais de gare


du fond des tréfonds je m’étais pris

de cette illusion du naufrage

mon cœur devenu fossile


                                       ***


je regarde les anges assombris

                             je marche les pieds qui perdent le chemin


                                       ***


Gloria de ce Monteverdi des coupoles

Venise des dorures et des magnificences

de Mantova à la Chambre des Epoux


                                       ***


mille neuf cent soixante quatre

mille neuf cent mondes

de ces mondes qui m’ont quitté


                   

Rabat des plus beaux jours du monde

contre les murailles du soleil couchant


                                       ***


les étoiles veillent sur notre sommeil

posés sur les manteaux de cheminée

où je m’endormais

dans leur marbre ancien


                                       ***


j’avais des navires et je broyais à m’aveugler

le portuaire de Valparaiso

la faiblesse de mes bras et le soleil aux collines


l’encordage et les hauts bordels

de la rue Cochran étage par étage

dans ces nuits de vins blancs

sur les cerros Allegre et Concepción


                                       ***


nuit après bichon du haut des mâts


la mer avait ses infinis ses grâces

dans les « dies irae dies illa »

des malemorts de l’amour


                                       ***


comme autant de clairière ces sillons qui creusent

l’asphalte des étoiles


de ce rien dont on affuble le néant misère après misère


                                       ***


je savais le cœur en souffrance la pierre convulsive


                                       ***


la nuit m’inonde de ce temps qui frappe aux carreaux


la nuit sculptée de toutes les appropriations du cœur


                                       ***


… vers la lumière vers la chrysalide d’un chaînon manquant


                                       ***


le temps qui frappe aux carreaux


                                       ***


… c’était de plaintes

de larmes

et de gazouillis

d’un Magnificat

que Dominique Visse

chantait de bleu

comme douleur


                                       ***


la mer vacante d’un gouvernail aveugle


                                       ***


la nuit portait l’inclémence de mon effroi

les flétrissures dans leurs degrés de deuil


                                       ***


c’est depuis le château de Saint Elmo que se mesurent

les hachures de la mer

ses tracés meurtriers

le capuchon de Naples et nos visages sur fond de volcan


                                       ***


l’ombre grégorienne a pesé de sa primitive fraîcheur

la voix élevée en harmoniques

cloitrée et enclose

entre les murs sublimant de Thoronet


                                       ***


à flanc d’orage ensevelie de nuit

l’errance

sous le baiser de la première neige


                                       ***


revenir à la proue du vent sans cette espérance d’un continent neuf


                                       ***


il est devenu difficile d’aimer ce monde


                                       ***


le cœur sans abri étincelant à tisser le romarin des garrigues

comme ce coin de rue à l’ombre et à la sensualité innocente

d’une discrète marchande de savon


                                       ***


8 mars

bien sûr elle est notre égale

notre supérieure notre aimée

nous mettant au monde

et souvent au tombeau


                                       ***


de temps et d’espaces ensembles

qui leur donnent

un nom qui s’enchaîne

   – là !

   – quand ?


                                       ***


il y a des femmes d’une saison

d’autres pour la vie


                                       ***


à huit ans le mot toujours est le plus solide du dictionnaire


le paradis le temps où la mort est toujours pour plus tard

et même derrière le jardin des voisins


                                       ***


mon enfant à sororité baudelairienne

ma sœur dans son lointain voyage

de dentelles et de robes crépusculaires

de ports oubliés et de cordages

de voiles hissées haut

au travers du givre

qui rendrait au chœur son immunité


                                       ***


… leurs amours allaient au fluvial

     d’une fluidité sans devenir


                                       ***


l’infaillibilité de la science n’a pas d’yeux


                                       ***


bleu de la couleur aimée

souvent celle de l’encre

sur le papier

et les doigts des écoliers


                                       ***


la nature du cœur

vengeresse

et toujours veuve

d’elle-même


d’un enjeu de nuit

d’un mélisme de ressacs

trouve-t-elle sa résolution

rouge et noire en mi bémol ?


                                       ***


j’avais pris sa main de glaïeul aux nuages nus

de celles disparues

entre les torpeurs et les albatros


les wagons de Wagner sur la colline que l’on sait

les ors crépusculaires où l’on applaudit la fin du monde


                                       ***


MOMPOU

 

l’architecture et les collines qui fascinent

les doigts hissés de Barcelone

vers cette lumière noire de Montjuich


je viendrais à mourir entre deux étoiles

aux tempes d’une ville sereine


la nudité du doute l’écervellement crispé

disant

« les commissures

les lèvres

le bleu du monde… »


**********************************                               


je vais dans la volière des mots

vers le verbe

vers l’anfractuosité


                                       ***


le bocage de mes mains nues sur les lèvres

l’avenir m’avait appartenu

la nuit en filigrane

comme une polyphonie d’Antoine Brumel

vierge et noire

tellurique

tout s’éteint tout se plisse Prométhée


l’éternité ne nous tiendra pas rigueur


l’éternité prendra congé


l’éternité en est venu à blâmer le temps

serions-nous les emmurés

le feu du refus

celui de l’étoile à venir

j’ai pris la vie avec le cœur du couteau


                                       ***


le hasard dans l’inéluctable nécessité donnait l’illusion

d’être plus libre

elle était venue au ralenti de la vague

au drame du sable démêlé

à la pointe du couteau solaire

d’un monde redevenu vide


le temps avait porté mes larmes

… d’une engouffre

 assis

          du fond des moleskines

                                              sur le hasard des solitudes …


                                       ***


comment tenir tête à la force des eaux

et des sommeils

au désespoir des saules pleureurs

à ces vents de proximité qui s’engouffrent

dans les masures de Balagne


                                       ***


[ des veilleurs timoniers de nuit trouvèrent cette nuit-là de l’OUPIPO

dans L’OULIPI


mon PI s’avérait manquer de deux chiffres dans les Calligrammes

des ténèbres


celui de ma naissance …


s’ensuivit la longue musica callada de MOMPOU

dans le trou du tissu cosmique


et l’angoisse de s’égréner


3,1415926535 8979323846 2643383279 5028841971 6939937510 5820974944 5923078164 0628620899 8628034825 3421170679 8214808651 3282306647 0938446095 5058223172 5359408128 4811174502 8410270193 8521105559 6446229489 5493038196 4428810975 6659334461 2847564823 3786783165 2712019091 4564856692 3460348610 4543266482 1339360726 0249141273 7245870066 0631558817 4881520920 9628292540 9171536436 7892590360 0113305305 4882046652 1384146951 9415116094 3305727036 5759591953 0921861173 8193261179 3105118548 0744623799 6274956735 1885752724 8912279381 8301194912 9833673362 4406566430 8602139494 6395224737 1907021798 6094370277 0539217176 2931767 3 8467481846 7669405132 0005681271 4526356082 7785771342 7577896091 7363717872 1468440901 2249534301 4654958537 1050792279 6892589235 4201995611 2129021960 8640344181 5981362977 4771309960 5187072113 4999999837 2978049951 0597317328 1609631859 5024459455 3469083026 4252230825 3344685035 2619311881 7101000313 7838752886 5875332083 8142061717 7669147303 5982534904 2875546873 1159562863 8823537875 9375195778 1857780532 1712268066 1300192787 6611195909 2164201989..


mon pouls se remit à battre lorsque fut retrouvé ce 52 dans la poche d’un déconstructeur de ténèbres ]


                                       ***


c’était des pertes d’équilibre

c’était le monde qui vacillait

d’une rocaille sans indulgence

pierre tombale émiettée

sans revivre

poussière sans verbe et sans haleine


                                       ***


je m’étais mis en scène aux portes de la lune

à Fontaine

à Gordes

sur la Sorgue brune

à l’ocre des Vaucluse


                                       ***


je m’endors aux papiers peints fleuris sur la mer


                                       ***


tu as le visage des florilèges  de ces fleurs qui croisent

l’acier des bourreaux


aux herbes hautes

aux cols de cygne

et aux vieux battements de mer

sur les sables conquistadors


                                       ***


je l’avais aimée dès le premier faux col de bière

sur la nuit qui tombait


dis moi d’amour le nom de tes fleurs


                                       ***


au chemin de lèvres

                               la gerçure d’un temps de rosée


la nuit putride à l’angle mort

colline après colline


la lumière sur la pierre chilienne

                    d’un vieux premier de l’an à Santiago


                                       ***


la tristesse

                    mal larmée d’un poisson lunaire sur la joue


                                       ***


les talons de la nuit hissant sur les robes

la fin de la lumière

le décolleté de barricade

la craie crissée aux bords des abîmes

que resterait-il de ces soulèvements de Vésuve

et du cœur déporté

dans la misère de cœur

des murs saillants

la voix sanglée d’accordeur de piano

en lisière de ce vieux Naples espagnol ?


                                       ***


la vie n’aura-t-elle été qu’un nocturne de papier peint

de ressacs et de songes infondés ?


                                       ***


j’aurai dessiné les jardin à ciels perdus

côtoyé l’estuaire à hauteur d’homme

vendangeant un poids de sommeil

vers quelques gnossiennes

des larmes de cloches battantes


diaphane elle était

bras nus du livre ouvert

d’une Jade inconnue


                                       ***


le vent franchit les digues et le verbe à briser où s’en vont

ces quais fumant de nos ports oubliés